Bal perdu, une danse macabre

/sites/default/files/styles/fond-vue/public/spectacles/images/bal-perdu/bal-perdu-44.jpg?itok=CS6Gw_W0

Bal perdu, une danse macabre

d'après "La Douce" de Dostoïevski
mise en scène Marie Lamachère
Avec Michaël Hallouin et Marie Lamachère

Presse

Un théâtre au travail - 12/08 - Revue Regards

Diane Scott / Regard / Un théâtre au travail : Le spectacle Bal perdu, de la compagnie Interstices, enferme quelques-unes de ces propositions qui transforment la scène en lieu de méditation poétique et font avancer le théâtre...

Anciennes représentations

du 18 septembre au 3 octobre 2008
Théâtre L’Échangeur, Bagnolet lechangeur.org

En apparence, il s’agit de l’histoire d’un homme et d’une femme dont s’efface l’histoire. En apparence, il s’agit d’histoires d’amour et de mort.

Qui j’étais. Qui elle était, elle. Lui, qui était-il ?

LUI, comment s’appelait-il ?

Quel était son prénom ? Werff.

Son nom ? Werff Rönne.

Qui était-il ? Un médecin légiste ? Un malade ? Barbe-Bleue ?

ELLE, Judith Corbaz ?

Une infirmière ? sa femme ? sa complice ?

Elle ; La douce ?  Lui ; Le plus noble des hommes ? Mais je n’y crois pas moi-même.

 

Deux par table. Hommes et femmes tête-bêche. Proches, nus mais sans douleur. Crâne ouvert. Poitrine en deux.

 

Walter Benjamin, dans ses essais, développe l’idée d’une forme de « pauvreté en expérience » due à une incapacité à raconter ce qui a eu lieu. Cette incapacité serait notre « nouvelle forme de barbarie ». Les Faux Bals sont un cycle de plusieurs pièces créées par la compagnie Interstices entre 2005 et 2008, qui interrogent cette « pauvreté barbare ». La dernière pièce de la série, Bal Perdu, se présente comme un palimpseste de paroles, pensées et actions effacées. Bal perdu est un conte oscillant entre un Récit en quête d’une « Vérité pour éclaircir l’histoire » (comme le voudrait Fédor Dostoïevski) et un Poème qui « vit de ce qui se décompose » (comme le soutient Gottfried Benn). Les fantômes errent entre lits conjugaux et tables de dissection.

 

Marie Lamachère

 

……………………………………….

*PALIMPSESTE n.m. (1823 ; lat. palimpsestus, gr. Palimpsêstos).

Parchemin manuscrit dont on a effacé la première écriture pour pouvoir écrire un nouveau texte.

 

Distribution

Adaptation et réécriture: Marie Lamachère
Avec Michaël Hallouin, Marie Lamachère
Scénographie Michaël Viala
Lumières, régie : Gilbert Guillaumond
Textes sources du palimpseste Bal Perdu : Cerveaux de Gottfried Benn (traduction Alain Bosquet), La douce de Fédor Dostoïevski (traduction André Markowicz), Chant de la tête arrachée et  Barbe-bleue, l’opéra de l’homme amer de Royds Fuentes-Imbert …

Production

Production Interstices
Co-production Théâtre de l’Université Paul Valéry – La Vignette
Co-réalisation L’Echangeur – Cie public Chéri

Avec l’aide de la DRAC Languedoc-Roussillon, la Région Languedoc-Roussillon, Réseau en Scène Languedoc-Roussillon, la Ville de Montpellier.

Avec le soutien de RamDam, La Fonderie au Mans, CCN de Montpellier, CDN des Treize Vents